Le Rabassier

Classé dans : Belgique | 4
Style Culinaire: Française
Michelin : Pas d'étoiles
Budget (entre $ et $$$$$) : $$
Service en salle : Bien
Gault & Millau : 14/20
Cadre : Moderne
Guide Delta :

Le Rabassier est un restaurant situé tout près du Sablon. Pour la petite histoire, le rabassier est le nom donné à la personne qui dresse le chien et cochon pour la truffe et qui la ramasse aussi. Voici donc une façon amusante d’indiquer au client que la truffe sera de la partie. Travaillant tout près, c’est devenu ma référence locale pour les lunchs de midi principalement mais pas que : leur menu du soir est également excellent. Voici donc quelques photos reprenant des plats du lunch de midi et des plats du soir. Je vous mets au défi de faire la distinction entre les deux, gage ultime de qualité du lunch.

Le restaurant est tenu par Eve Renaud et Christophe Durieux, les propriétaires. Auparavant ils étaient établi en gérance quelques maisons plus haut (La Tortue du Sablon), établissement qu’ils ont quitté pour créer le leur. Quand on travaille en famille pour faire prospérer son affaire, cela fait souvent une différence. La règle est à nouveau vérifiée ici que ce soit dans l’accueil radieux d’Eve ou dans la motivation de Christophe. Je les ai bien observé pendant mes repas chez eux : ils se donnent à fond : leur restaurant, c’est un autre bébé.

Christophe est concentré en cuisine et s’active seul pour les envois. Eve quand à elle gère la salle au pas de course mais toujours avec le sourire et avec un oeuil attentif qui fait que rien ne manque jamais à table. Si j’étais un riche patron d’une chaîne de restaurant, je paierais cher pour les débaucher dans un de mes restaurants car ils sont d’une efficacité redoutable 😉

Le restaurant est tout neuf. Le couple a acheté la maison dans l’état de quasi-ruine (il n’y avait pas de sol et les murs étaient en briques) et ils ont tout retapé en y travaillant également eux-mêmes. Au final, c’est bien aménagé, c’est sobre et il y a du cachet.

A l’intérieur, une seule salle avec une cuisine ouverte au fond. En terme de couverts, c’est plutôt petit : une vingtaine. Mais c’est un choix assumé pour assurer un bon niveau de qualité dans les assiettes et dans le service tout en continuant à travailler à deux.

Les tables sont dressées avec soins : nappes, serviettes en tissus, verres à vin de qualité, couverts de qualités, beurre,… Elles ne sont pas non plus collées les unes aux autres comme souvent dans les établissements du centre de Bruxelles.

Christophe est le fils du chef qui a tenu le Saint-Germain des prés à Loverval. Il a donc repris un peu le créneau de son papa en voulant travailler les truffes et, pour le plus grand bonheur des clients, il a aussi repris la source d’approvisionnement. On sent que la truffe est sa passion et il en connaît un bout : il a expliqué pendant vingt minutes pourquoi il n’achetait plus à Carpentras mais s’était tourné vers des truffes du Minervois ou parfois des truffes d’Italie. Passionnant et impressionnant car on sait que les truffes servies seront de qualités et traitées avec respect et précision

Point de vue prix, c’est aberrant. Je n’arrive pas à comprendre comment ils font, en particulier sur le lunch. C’est un jackpot absolu : pour 25 euros, le restaurant propose un lunch trois services de qualité, avec de la quantité et même quelques produits nobles comme de la truffe et un peu de caviar Belge (oui : du caviar et pas de l’avruga). Imbattable ! Et une fois l’addiction bien en place sur le lunch, on ne résiste plus pour tester un menu plus long (et un peu plus cher) le soir.

Une très chouette adresse à découvrir. Je recommande !


MENU

Mise en bouche : Saumon fumé minute , crème de yusu , caviar belge , pomme de terre confite au beurre demi-sel , feuille d’huitre

Entrée : Raviole de langoustine et chorizo , seiche , mayonnaise de langoustine , pommade de chorizo , tuile au safran

Entrée: Fricassée d’asperges, œuf, morilles, croutons

Plat : Filet pur de chevreuil , fenouil brulé au vinaigre , oignon rouge confit , poire au vin , figue , céleri , galette de pomme de terre à la truffe

Joues de cochon braisées au cidre, croustillants de camembert et ciboulettePlat : Râpures de truffe d’été, cœur de cabillaud royal, risotto du rabassier, parmesan émulsionné

Brie de Meaux farçis par nos soins à la truffe noire

Sorbet fromage blanc au yusu , jus vert ( basilic , persil , menthe , huile d’olive), mangue

Déclinaison autour de la framboise

Mignardises

no images were found


LOCALISATION


PHOTOS


LIEN

http://www.lerabassier.be

 

 

4 Responses

  1. frenchgourmet

    Le rabassier: restoraut qui n’a plus rien a voir en 2016…. il a refuse les 2 etoiles au michelin. Prix en augmentation mais là delicieux… bref pour 150 euro/per vin compris c’est une affaire en platine…
    14/20 gault et millau correspondait a la note en 2014. c’etait pas mal mais peux vraiment mieux faire en 2014.
    2016 on frise a la perfection… 18/20 gaut et millau note perso ….

  2. Michel christine

    Que dire , un de nos meilleurs repas cette année , la cuisine à très bien évolué depuis le début elle n’a même plus grand chose à avoir avec le début , nous y allions au départ pour le lunch qui était d’un rapport qualité imbattable à l’époque , mais depuis 6 mois nous y allons le soir pour le menu , c’est devenu une de nos référence à bruxelles , il est devenu impossible de réserver avant 15 jours , mais cela vaut la peine d’attendre …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *