Ryôdô, le restaurant japonais le mieux noté au Luxembourg

Classé dans : International | 0
Style Culinaire: Japonaise
Michelin : *
Budget (entre $ et $$$$$) : $$$$
Service en salle : Très bien
Gault & Millau : 15,5/20
Cadre : Authentique

Le monde des fous de gastronomie est un petit monde, très petit. Je ne connais personne qui ne soit pas fan d’un bon repas au restaurant. C’est un plaisir qui touche en effet tout le monde. Mais, à contrario, le nombre de ceux qui ont poussé leur passion au plus loin est réduit. On ne croise en effet pas tous les jours des gastronomes ayant expérimentés plusieurs restaurants trois étoiles Michelin dans plusieurs pays/continents. 

Alors, quand on en croise un via les réseaux sociaux, on se demande “en amis” et on échange sur notre passion commune. C’est comme cela que j’ai rencontré Alex Ongaro, “flying passionnate” qui n’hésite pas à traverser les océans et à manger dans les plus grandes adresses du monde. Je m’avoue d’ailleurs battu à plates coutures et impressionné par sa longue liste d’expériences.

Alors quand Alex vous écrit, au détour d’une conversation sur la cuisine asiatique, que Ryôdô est “probablement le seul restaurant japonais valable en Europe, sauf à se déplacer à Londres ou Paris”, je l’écoute avec attention ! D’autant qu’Alex avait eu le nez fin car, peu de temps après avoir écrit cela, le chef Ryodo Kajiwara a été élu chef de l’année au Gault & Millau 2022 et a reçu une première étoile Michelin.

Restaurant japonais Ryôdô - Note Gault & Millau

Restaurant japonais Ryôdô - Prix

Un restaurant japonais qui fait voyager

Quand on choisit un restaurant japonais, c’est avant tout parce que l’on souhaite voyager au Japon le temps d’un repas. Il y a donc, dans la grand majorité des cas, deux choses qui sont très frustrantes avec les restaurants japonais:

  • lorsque le chef apporte une touche européenne aux plats
  • lorsque le chef se limite aux sushis et aux sashimis

Ces deux raisons font que, malgré avoir essayé plusieurs restaurants japonais (dont un étoilé Michelin en Belgique), je n’avais pas encore trouvé celui qui remplirait mes attentes. Mais, finalement, j’ai enfin trouvé Ryôdô, un restaurant qui m’a fait voyager avec le cadre, avec les sakés et, bien entendu, avec les plats.

Restaurant japonais Ryôdô - Pigeon

Le cadre du restaurant Ryôdô

Le cadre du restaurant Ryôdo est, comme on l’espérait, épuré et minimaliste.

Restaurant japonais Ryôdô - La salle

Le dressage de la table est, comme on l’espérait aussi, excessivement précis et méticuleux.

Restaurant japonais Ryôdô - La table

Enfin, point qu’on apprécie toujours, on a une vue sur le chef Ryôdô Kajiwara en train de travailler.

Restaurant japonais Ryôdô - Ryôdô Kajiwara

Les vins…et surtout le choix de saké de Ryôdô

La carte des vins

Je qualifierais la carte des vins du restaurant Ryôdô, comme classique et correcte. On trouvera, à tous les prix à partir de 60 euros environ, des bouteilles qui accompagneront bien les plats du chef.

Restaurant japonais Ryôdô - Les vins blancs

Il y a en sus un choix relativement vaste et varié de vins au verre:

Restaurant japonais Ryôdô - Les vins au verre

On peut donc choisir un bon vin, comme cette cuvée Arcane du domaine Fosse-Sèche (65 euros). Ce chenin, très vif et tranchant, est assurément un bel accord avec les premiers plats du menu.

Restaurant japonais Ryôdô - Cuvée Arcane du domaine Fosse-Sèche

La carte des sakés

Toutefois, ce serait dommage de faire ce choix et ce n’est absolument pas ce que je conseillerais avec le recul. Car le restaurant Ryôdô a fait un travail énorme sur les sakés. Les sakés, vous connaissez n’est-ce pas ? Ce petit alcool qui est parfois offert en fin de repas et qui vous décape la bouche (et le reste) ? Et bien vous pouvez oublier cette définition du saké et découvrir chez Ryôdô ce que sont les vrais sakés, un breuvage haut de gamme et hautement intéressant pour un passionné. 

Car le saké, quand il est bien fait comme ce Zaku Impression H servi à l’apéritif, est d’une grande légèreté et d’une grande finesse en bouche. On comprend pourquoi c’est le mariage parfait avec la cuisine japonaise.

Restaurant japonais Ryôdô - Saké de l'apéritif

Restaurant japonais Ryôdô - Saké de l'apéritif - contre-étiquette

La carte propose toute une série de sakés, à la bouteille ou au verre, en grand cru ou pas:

Restaurant japonais Ryôdô - La carte des sakés Grand Cru

Restaurant japonais Ryôdô - Les sakés au verre

En fin de repas, ce saké de dessert (non-filtré et donc d’apparence laiteuse) a encore attisé ma curiosité.

Restaurant japonais Ryôdô - Saké de dessert

J’ai donc commandé un verre, un peu craintif toutefois. Et bien, ce fût à nouveau un saké qui m’a impressionné par sa finesse et par sa haute maîtrise du niveau de sucre. On avait ce ressenti de douceur avec, en même temps, de la fraîcheur. Le sucre ne se sentait absolument pas et c’est comme cela que j’aime finir un repas.

Restaurant japonais Ryôdô - Saké de dessert

Grâce à Ryôdô, ma vision des sakés a évolué. Je savais qu’on en faisait des bons et je n’en doutais pas. Mais il a fallu que je les rencontre, chez Ryôdô, pour en avoir la pleine connaissance.

La cuisine du chef

Le sushi

La cuisine du chef Ryodo Kajiwara est une cuisine japonaise de haut vol. On a envie d’écrire “gastronomique comme là-bas”.

Tout le monde connait les sushis et sashimis et énormément de personnes aiment cela. Toutefois, on ne peut vraiment comprendre l’intérêt des sushis et des sashimis qu’après avoir goûté ceux d’un chef comme Ryodo Kajiwara. Parce qu’il faut en effet deux choses qu’on rencontre très peu : un poisson haut de gamme et la perfection de l’exécution. Trop souvent, on n’a ni l’un, ni l’autre. Cela donne, en général, quelque chose de bon mais jamais quelque chose de grand. 

Du thon rouge, tout le monde connait et tout le monde pense en avoir déjà mangé. Mais le thon rouge, le vrai, est une espèce en voie de disparition et très chère. Par exemple, en 2019, Kiyoshi Kimura a acheté un thon rouge de 278 kg en provenance du Pacifique pour 2,7 millions d’euros, soit un prix de 9 712 euros le kilo. Inutile de préciser qu’il est donc rare qu’on soit servi avec du vrai thon rouge du Pacifique et que, lorsque c’est le cas, la quantité sera réduite à quelques grammes. Pour le thon rouge de Méditerranée, les prix sont bien moindres mais cela reste un poisson coûteux. Une étude, sur Bruxelles, concluait d’ailleurs : “Si vous commandez du thon rouge à Bruxelles, vous avez 95% de chances que le serveur vous apporte autre chose, le plus souvent du thon albacore”. 

Ryôdô travaille le thon rouge en sushi. Ce sushi m’a semblé tellement bon que je pense sincèrement qu’il s’agissait d’un produit d’exception. J’ai donc croisé, sur cette bouchée, la perfection du produit et la perfection de l’exécution.

Restaurant japonais Ryôdô - Sushi

Le sashimi

Le plat peut-être bien le plus marquant de mon repas chez Ryôdô, c’est, assez étonnement, le sashimi de sériole. J’ai enfin compris tout l’intérêt d’un sashimi et l’engouement que les japonais ont autour de ce plat. La texture, en bouche, ressemble à celle du beurre : c’est onctueux. Cela se marie donc parfaitement avec le beurre de ponzu servi en accompagnement. On a ensuite des arômes très fins et très délicats, à l’opposés d’un goût poissonneux ou d’un goût de mer surpuissant. On pourrait presque faire adorer ce plat à celui qui n’aime pas ce qui vit dans l’eau.

Restaurant japonais Ryôdô - Sashimi

Je pensais connaître les sushis et les sashimis. En fait, grâce à Ryôdô, j’ai découvert que je ne connaissais que la façe visible de l’iceberg, face la moins intéressante en fait. Ryôdô m’a ouvert les yeux sur l’amplitude et la complexité de ces deux plats d’apparence simples.

D’autres plats de Ryôdô

Le restaurant Ryôdô fait voyager. On a donc, dans le grand menu du soir, d’autres plats que les sushis et sashimis. Et, à chaque plat, on a ce sentiment de parfaite exécution, de retenue, de précision et d’extrême finesse en bouche. On découvre une autre définition de la sapidité, une définition où, en tant qu’européen, on se rend compte qu’on peut l’atteindre avec autre chose qu’une sauce au beurre bien gourmande.

A titre d’exemple, cette entrée : Fleur de courgette farcie / tofu / ricotta / edamame / riz soufflé/ consommé de prune japonaise

Restaurant japonais Ryôdô - EntréeOu encore le Chawanmushi: Flan salé à la truffe d’été/ écume de dashi / croque-monsieur de truffe d’été

Restaurant japonais Ryôdô -

Le choc culturel du wagyu A5

Pour le plat principal de viande, deux options étaient possibles. Moyennant un supplément de 23 euros (par menu), on pouvait déguster le chou farci de wagyu d’origine japonaise classé A5 / sandwich de wagyu / Consommé de shiitaké

Restaurant japonais Ryôdô - Wagyu

Je n’ai rien à redire sur ce plat. La composition et l’exécution sont irréprochables. Par contre mon palais européen n’a pas apprécié la façon dont ce produit noble et cher, le wagyu A5, a été préparé. J’aurais assurément préféré que cette viande, grasse par excellence, soit servie après avoir été snackée sur une plancha. Manger des gros morceaux de gras, cuits à l’étouffée, ce n’est vraiment pas ce que j’apprécie.

Restaurant japonais Ryôdô - Gras du wagyu

Je sais très bien que c’est le produit qui est comme cela et que c’est un produit prisé et de très haute qualité. On le voit d’ailleurs, à cru, sur le compte Instagram du restaurant.

IMG_1760

Je dis simplement que, à refaire, je n’ajouterais pas 23 euros pour un wagyu préparé comme cela et que la déçeption est due à un choc culturel. Les asiatiques sont extrêmement portés sur les textures et l’infinie variation de la texture gélatineuse est un vecteur de différenciation de goût puissant. Mais l’expérience était intéressante.

Conclusions

S’il ne devait rester qu’un restaurant japonais, ça serait Ryôdô au Luxembourg : le seul à vous faire voyager au Japon ! J’y retournerai assurément dans quelques mois, avec l’intention d’approfondir les menus sushis et bento. 

Restaurant japonais Ryôdô - L'addition


Localisation du restaurant Ryôdô

Restaurant Ryôdô
27 Rue Raymond Poincaré,
2342 Luxembourg
Luxembourg

Le grand menu dégustation chez Ryôdô

Premières mises en bouche:

* Tartare de thon/ riz pressé/ ciboulette/ caviar
* Omelette aux épinards/ vinaigrette au miso

Restaurant japonais Ryôdô - Premières mises en bouche

Secondes mises en bouche:

Tempura de fleur de courgette / mayonnaise au vinaigre de riz
Tofu d’arachide / dashi / gingembre
Nouilles japonaises / consommé de tomate/ shiso rouge

Restaurant japonais Ryôdô - Deuxième mise en bouche

Entrée : Fleur de courgette farcie / tofu / ricotta / edamame / riz soufflé/ consommé de prune japonaise

Restaurant japonais Ryôdô - Entrée

Sashimi : Sériole / beurre au ponzu / mizuna / salicorne / furikake / daikon cress

Restaurant japonais Ryôdô - Sashimi

Sushi : Thon rouge de Méditerranée/ caviar impérial

Restaurant japonais Ryôdô - Sushi

Chawanmushi: Flan salé à la truffe d’été/ écume de dashi / croque-monsieur de truffe d’été

Restaurant japonais Ryôdô -

Pigeon du Pays de Racan :
Cuit sur coffre / nem à la piperade / maïs/ pâtes japonaises au sarrasin / sauce yakiniku

Restaurant japonais Ryôdô - Pigeon

Chou farci de wagyu d’origine japonaise classé A5 / sandwich de wagyu / Consommé de shiitaké

Restaurant japonais Ryôdô - Wagyu

Panna cotta de yaourt / mochi de pastèque / melon / soupe de pastèque / sorbet basilic vodka

Restaurant japonais Ryôdô - Dessert

Mignardises:

* Macaron au sésame/ chocolat caramélisé
* Gelée de vin rosé/ mousse de chocolat noir/ cerise * Guimauve de lait / anko/ matcha

Restaurant japonais Ryôdô - Mignardises


Des photos

Laisser un commentaire